• Au Centre spirituel du Hautmont à Mouvaux, à 10h, Laudes et Divine Liturgie, suivies des Agapes traditionnelles :

    - dimanche 23 septembre, célébrée par le Père Odon du Monastère de Bois Aubry,

    - dimanche 18 novembre, célébrée par l'Evêque Grégoire du Monastère de Bois Aubry,


    votre commentaire
  • Du 26 au 30 décembre à Mouvaux (Nord), Eric Clotuche animera une retraite sur le thème « Dieu intime ». Renseignements et inscriptions : Centre spirituel du Hautmont - 03 20 26 09 61 - contact@hautmont.org 

     

    .


    votre commentaire
  • Stage de chant à Béthanie avec Steven, juillet 2017

    Stage de chant à Béthanie avec Steven, juillet 2017

    Stage de chant à Béthanie avec Steven, juillet 2017

    Stage de chant à Béthanie avec Steven, juillet 2017

    Stage de chant à Béthanie avec Steven, juillet 2017

     

    Bénédictus 4 voies

    Lumière Joyeuse 4 voies

    Réjouis-moi, Vierge Mère de Dieu


    votre commentaire
  • Réunion des Eglises Orthodoxes d’Expression occidentale

    les 27 et 28 mai 2017

     

    Ceci n’est pas un compte rendu détaillé car il arrivera en son temps, par l’intermédiaire de Marc Guichard. En tant qu’émissaire de notre paroisse de Lille, je me dois pour le moins, de vous rapporter l’essentiel de ce week end, tant au niveau de l’ambiance que de ce qui a pu être dit..

     

    Imaginez un beau soleil sous lequel, des chrétiens d’horizons différents se rejoignent et vous avez déjà les ingrédients d’un magnifique rassemblement. Je vais essayer de vous énumérer les personnes en présence, mais malheureusement, je ne connais pas tous les noms.

     

    Du côté de l’EOG, l’évêque Grégoire à sa tête, Béthanie avec bien sûr le Père Pascal, Carole, Sœur Barbara, le Père Francis et Madeleine, Marc et Sophie Guichard, Benjamin, Valérie, Xavier de Nancy et le diacre de Nancy, Marie-Madeleine (le dimanche), la communauté de Lillois avec le Père Bernard, Dominique, Marc et Françoise Menestret, Roseline, Cécile, Monique, Joëlle.

     

    Pour l’EOC, l’Evêque Marc, les diacres avec Maël et son épouse  Adeline, Philippe et Paul-Jacques, Sœur Onen, Anne-Françoise, Rozen et Jean, le Père Nicolas de Sion.

     

    Pour l’EOF, l’Evêque Martin, le Père Francisco et Claudia, le Père Pâcome et son épouse, le Père Basile, le Père Silouane et son épouse Marina.

     

    Nous avons eu la joie de communiquer avec l’Evêque Paul via internet, ainsi qu’avec Agnès Gliglich, l’iconographe.

     

    Samedi matin, avant les Laudes, j’ai eu l’occasion de croiser le Père Nicolas en train d’admirer le lever du soleil. Nous avons évoqué le Père Jacques et le Père Joseph de Lausanne qu’il connaît bien.

     La première conférence est un témoignage de Père Nicolas qui officie à Sion en Suisse (EOC).

    Il fait référence à son Saint, Saint Nicolas de Flüe qui est le Saint Patron de Suisse, ascète du 15ème siècle qui ne s’est nourri pendant 19 ans que de l’Eucharistie. Sa prière est récitée en Suisse allemand, puis traduit :

     

    « « Mon Seigneur et mon Dieu Prends-moi à moi Et donne-moi tout entier à Toi
    Mon Seigneur et mon Dieu Prends-moi tout Ce qui me sépare de Toi
    Mon Seigneur et mon Dieu Donne moi tout Ce qui m'attire à toi »

     

    Père Nicolas explique pourquoi il a intégré une église non canonique, après avoir quitté le protestantisme dont il est issu, puis être passé par l’église catholique où il est toujours investi avec son épouse, en passant par l’église orthodoxe russe. Il fait référence à Matthieu, 5, v11 

    « Heureux serez-vous

    si l'on vous insulte,

    si l'on vous persécute

    et si l'on dit faussement toute sorte de mal

    contre vous, à cause de moi.

    Réjouissez-vous,

    soyez dans l'allégresse,

    car votre récompense sera grande dans les cieux ! »

     

     

    Pour lui, le formatage du monde a changé nos gènes et est contraire aux messages des Evangiles. Chaque moment que nous investissons pour ne pas obéir à Dieu, pour ne pas aimer est du gaspillage.

     

    Dans nos églises, on trouve l’Amour sans condition que nous recevons de Dieu et que nous donnons aux autres. Il compare l’église orthodoxe Russe, lourde comme un pétrolier qui est difficile à déplacer, à l’EOC, telle un voilier où la parole de Dieu est vécue en toute simplicité.

     

    Il fait également référence à l’Apocalypse ch3, V16 :

    « Je connais tes oeuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant. Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. » 

     

    Le cap, c’est l’Amour. Nous rayonnons ce que nous sommes, pas ce qui est écrit dans les livres. Il met l’accent sur l’authenticité de chacun dans nos églises et fait référence à notre charte.

     

    Nous avons la grâce d’être libre de nos églises et nous devons faire tout ce que nous pouvons et Dieu dans le même temps, fait tout. Il nous aide, non pas quand nous voulons, mais au meilleur moment et de la meilleure manière. Nous ne trouvons le bonheur que dans la plénitude de Dieu.

     

    Quand nous sommes baptisés, nous passons du vieil Adam au nouvel Adam qui doit témoigner par l’exemple et non avec des théories (Père Marc).

     

    Intervention du Père Francisco de l’EOF, de Rio de Janeiro

     

    C’est un témoignage en pays culturel très différent. La caractéristique du Brésil est qu’il est par nature, métissé : les Indiens, les Européens et les Africains. C’est une richesse et en même temps un risque. On prends de chaque culture, le meilleur et on va donner un visage façonné du christianisme.

     

    Le Père Francisco nous demande de prier pour le Brésil qui est gangrené par la corruption. Ces deux caractéristiques du Brésil (métissage et corruption) font qu’il est nécessaire d’être très exigeant, c’est un défi.

     

    L’évangélisation a commencé au 16ème siècle, elle est marqué par le Moyen-âge où moralisme et fondamentalisme marquent le manque de profondeur. Aujourd’hui, l’évangélisation continue au travers de la pastorale des petits enfants. Il serait intéressant de le faire dans les favelas. Le prêtre au Brésil a un rôle social important. Dans un pays extraverti, le problème est le manque de profondeur dans le sens de l’intériorité.

     

    Le père Francisco a d’abord été prêtre catholique et c’est à ce moment-là qu’il a rencontré Jean-Yves Leloup qui a appporté cette profondeur à l’expérience du christianisme. ça a touché beaucoup de Brésiliens et lui également et il a alors pris un nouveau chemin avec en transition un aspect thérapeutique.

     

    En 2003, il rencontre les Evêques Vigile et Martin. Avec eux, il a appris à associer le spirituel au thérapeutique et a redécouvert le christianisme primitif et l’hésychasme. Au départ, avec l’influence de  Jean-Yves Leloup, ils ont appris l’enracinement et l’intériorité car le Brésil est plutôt dans l’extraversion. Les enseignements se sont basés sur les archétypes d’Annick de Souzenelle, le travail de Graf Durkheim, l’hésychasme et la prière du cœur. les gens ont commencé à comprendre la différence avec le christianisme catholique, qu’il se passe quelque chose avec la Divine Liturgie qui touche pour aller au-delà des différences. Père Francisco évoque l’importance de l’image de Sainte Marthe qui est « au service ». Il se sent bien dans l’EOF tout en respectant le visage multiple du Brésil. Vu la diversité, il est obligé de faire du « bon » syncrétisme. Il faut tenir compte des différentes religions telles que le candomblé ou l’umbanda (mélanges subtils entre catholicisme et rites africains), mais il y a toujours le danger du mauvais syncrétisme.

     

    J’ai discuté avec le Père Francisco et Claudia au petit déjeuner et il m’expliquait qu’au Brésil, ils n’étaient pas confrontés au problème de la position de la femme dans l’église. Naturellement, le partage sacerdotal se fait.

     

    Intervention du Diacre Marc Ménestret de l’EOG

     

    L’église est mal aimée tant par ceux du dedans que ceux du dehors. Pourtant, Jésus a annoncé le royaume et c’est l’église qui est venue. Pour l’extérieur, l’église est entâchée, cléricale, hiérarchique, a un esprit passéiste, ritualiste, a une vision extérieure. Certains ont raison donc les autres ont tort.

     

    Pour l’intérieur, il y a toujours un besoin de juger, d’exclure les autres associé à une tiédeur dans la Sainte Foi. Nous nous sommes éloignés de la simplicité chrétienne. On se complaît tellement dans les rites qu’on les prend pour l’essentiel. Le Diacre Marc évoque aussi le danger du syncrétisme et du jugement. Nous sommes invités à dépasser les apparences. Le mot « église » vient du grec « eklesia » dérivé du verbe « convoquer, appeler ». La Sainteté est l’état déjà acquis et encore à acquérir en tant que chrétien. On est déjà dans la voie, mais on doit encore la réaliser. Les mystères de l’église ne sont pas amenés à être compris mais à être expérimentés. L’église est un organisme vivant qui donne vie au Christ. Elle s’étend au-delà du monde créé, dans le monde incrée et s’établit sur la Trinité qui transcende tout institution humaine. Chaque église est une personnalité à part entière. C’est une réalité divino-humaine, lieu de rencontre entre Dieu et l’homme.

     

    Le corps humain est le lieu même de l’incarnation et a par conséquent, une valeur inestimable qui participe activement à la vie spirituelle. Nous sommes devenus co-sanguins avec le Christ. Il y a circulation de l’énergie incréée dans les 3 corps : corps humain, corps du Christ, corps de l’église. Il existe une quatrième dimension : le corps de l’humanité entière qui se transfigure un peu à la fois. Le Christ dit qu’il est avantageux qu’il s’en aille car sinon, l’Esprit Saint ne descendra pas sur nous. Le but de la vie chrétienne est d’acquérir l’Esprit Saint. Le Père est l’origine et l’aboutissement de toute chose, dans une danse du Christ et de l’Esprit Saint appelée la périchorèse, comme chaque personne se retire pour laisser place à l’autre, c’est une danse d’Amour.

    Table ronde autour de questions/réponses

     

    Les Evêques ont évoqué leurs rencontres trimestrielles et ce qu’ils en retiraient pour chacun d’entre eux. Il y a eu des propositions pour unir nos 3 églises :

     

    -         Une prière commune avec une mélodie commune à partir du texte de la Charte. Les propositions sont à envoyer aux évêques avant Noël,

    -         Une carte de visite commune écclésiale, de type :

    Communion des Eglises d’Expression Occidentale, avec en-dessous EOF, EOC ou EOG,

    -         Un logo commun,

    -         Un pèlerinage allant de Saint Dolay à Saint Michel du Var en passant par Bois-Aubry,

     

    La prochaine réunion des églises se déroulera à Saint Dolay, à l’Ascension 2018, les 11, 12 et 13 mai.

     

     

     

                                                                                                      


    Réunion des 3 églises (EOC, EOF, EOG)

    Réunion des 3 églises (EOC, EOF, EOG)

    Réunion des 3 églises (EOC, EOF, EOG)

    Réunion des 3 églises (EOC, EOF, EOG)

    Réunion des 3 églises (EOC, EOF, EOG)


    votre commentaire